5 Facteurs attractifs pour investir en Afrique

Investir en Afrique - Ressources naturelles

L’Afrique est un continent sans cesse en mouvement. Riche en ressources naturelles, l’Afrique intéresse de plus en plus les investisseurs du monde entier. Autrefois, ceux qui avaient une vision très péjorative du continent africain  se ruent comme des bêtes affamées pour y investir. Pourquoi ?  

 

5 Facteurs attractifs pour investir en Afrique

1/ Une croissance ascendante du continent
Tout d’abord, le continent africain connaît une croissance positive et ascendante. En effet, la croissance moyenne est passée de 4.5 % en 2010, 5% en 2011 à 6% en 2012. Cette croissance pourrait dépasser les 5 % de 2013 à 2015. Par exemple, le Nigeria est devenu la plus grande économie de l’Afrique noire.  Son  taux de croissance  augmente rapidement, avec plus de 7 % attendus. Cet état crée de nouveaux riches hommes d’affaires. C’est le cas du nigérian  Aliko Dangite ,qui est devenu l’homme le plus riche du continent, avec une fortune estimée à 20 milliards de dollars.
Un récent rapport du cabinet Mckinsey affirmait que le continent africain connaît la plus grande croissance démographique dans le monde. D’où, les dépenses des ménages connaîtraient une augmentation de plus de 63. Ils pourraient atteindre 1.4 trillion de dollars en 2010.
La croissance économique en Afrique offre de nombreuses opportunités  dans divers secteurs et  pour tous types d’entreprises. Cela permettrait de répondre à la hausse de la demande de cette nouvelle classe moyenne fortunée. Par exemple dans l’hôtellerie, le groupe Accor souhaite ouvrir 30 nouveaux hôtels en Afrique, selon le magasine le monde.
Prévision de croissance de l’Afrique en 2013:

PREVISION DE CROISSANCE DE L AFRIQUE EN 2013
Source OCDE

2/ Une IDE en nette progression
L’Afrique est devenue la destination d’investissement la plus attractive après l’Asie, selon le rapport 2012 d’Ernst & Young. L’IDE ( investissement direct étranger) en Afrique est en nette progression, passant de 3.2 % en 2007 à 5.6 % en 2012. Ce qui est très positif pour l’économie.
L’Afrique du Sud, le Ghana, le Kenya, le Nigeria, le Mozambique, la Zambie, l’île Maurice, la Tanzanie sont les 8 pays qui ont le plus de projets d’IDE dans divers domaines tels que les ressources naturelles, les infrastructures, les services et le secteur manufacturier.
Selon le rapport 2 012 d’Ernst & Young, l’Afrique a aujourd’hui des investisseurs  des pays développés, mais aussi de pays émergents. Les pays émergents sont  l’Inde (237 projets d’IDE), l’Afrique du Sud (235), les Émirats arabes unis (210), la Chine (152), le Kenya (113), le Nigeria (78), l’Arabie Saoudite (56) et la Corée du Sud (57)). On peut noter par rapport à la liste ci-dessus qu’il y a de plus en plus de pays africains qui investissent.  Les 3 investisseurs présents sont l’Afrique du Sud, le Kenya et le Nigeria.
Les cinq premiers bénéficiaires du flux d’IED (en milliards) 2011-2012:

5 premers bénéficiaires du flux d'IED 2011 2012
Source CNUCED rapport sur l’investissement dans le monde 2013

3/ Classe moyenne africaine=cible de choix pour les investisseurs
Classe moyenne africaine
Évaluée entre  300 à 400 millions de personnes, la classe moyenne est une cible de choix pour les investisseurs. C’est un signal fort, car environ 90 millions des foyers gagnent aujourd’hui environ plus de 5 000 $ par an.
Selon les chiffres de la Banque africaine de développement, un tiers des Africains appartiennent  à la classe moyenne, contre environ un quart dans les années 1980. La classe moyenne est un facteur important, car elle est responsable du boom économique dans le continent. La classe moyenne devient un atout non-négligeable, car elle stimule les dépenses des ménages et entraîne une hausse du pouvoir d’achat des Africains. Les dépenses des ménages devraient passer à 860 milliards de dollars aujourd’hui hui à 1400 milliards de dollars en 2020, selon l’étude de Mckinsey.
Le secteur des biens de grande consommation  a un avenir prometteur. Il y a là une opportunité énorme à saisir pour les entreprises, car cette classe moyenne veulent consommer des nouveaux produits. Leurs besoins augmentent considérablement. Ils veulent avoir accès à la nourriture, aux soins et aux logements, etc. Cette classe moyenne veut et a les moyens de s’offrir des ordinateurs, des voitures, des vêtements de marque, des machines à laver, des téléphones, des réfrigérateurs. Le mode de vie des Africains a littéralement changé.

Grands magasins au Kenya
Grand magasin au Kenya
Crédit photos : Sayyid Azim/Associated Press

Tous ces changements peuvent être une opportunité pour les grands noms internationaux ou locaux de mettre en place des grands centres commerciaux, des supermarchés et des surfaces d’alimentation. Par exemple, le géant américain de la distribution Walmart a racheté 51 % de Massmart, un distributeur sud-africain possédant 300 magasins dans 12 pays.  
De plus, pour pallier à l’absence d’un réseau bancaire conséquent, le paiement par téléphonie mobile explose. Le marché du Banking mobile est un marché porteur, car les Africains ont besoin d’un système bancaire sûr pour faire leurs achats. Ils ont besoin aussi de services et des technologies.
De plus, le continent connaît un mouvement démographique en croissance continue. Plus de 40 % de la population africaine vivent en ville. Selon le dernier rapport du cabinet Mckinsey, le chiffre d’affaires du secteur de la consommation  (vente en gros, au détail, banque, télécommunications et tourisme) devrait croître de 400 milliards de dollars (300 milliards d’euros) d’ici à 2020.

4/ Un environnement d’affaires favorables

Beaucoup de gouvernements africains améliorent le climat des affaires en mettant en place de nombreuses réglementations, selon le rapport Doing Business 2012 de la société financière mondiale et la Banque mondiale. Par exemple, en Afrique subsaharienne, 36 économies sur 46 ont amélioré leurs réglementations des affaires.  Le Maroc, São Tomé et Principe, Cap-Vert, Sierra Leone et Burundi ont mit en place des projets de réglementations des affaires. 
Schéma : réglementations des affaires 2010-2011 en Afrique Subsaharienne

Réglementation des affaires 2010_2011 en Afrique subsaharienne

 5/ Vers un climat politique plus stable

 Dans les années 1960 à 1980, l’Afrique subissait des régimes autoritaires instables qui créaient d’énormes tensions. L’année 2010 a été « une année de paix et de sécurité pour l’Afrique » selon l’Union africaine. De plus, le processus de démocratisation a su créer un climat de stabilité et rassurer ainsi les investisseurs. Le Bénin, Botswana, Cap-Vert, Ghana, Mali, Mauritanie, Namibie, Sao Tomé et Afrique du Sud sont classés selon le Think Tank américain Freedom House comme des pays libres et démocrates. 
De nombreux pays africains ont fait des progrès considérables selon l’Union africaine :

  • Nigeria, du Liberia  du Kenya et du Ghana ont fait des progrès considérables sur l’écoute de ses citoyens et la transparence.
  • Le Rwanda a mis l’accent l’efficacité des pouvoirs publics, l’état de droit et la lutte contre la corruption.
  • La Tanzanie et le Cap-Vert ont fait des progrès dans la lutte de la corruption.
  • La République démocratique du Congo travaille en profondeur sur la qualité de la réglementation.
  • La coopération économique du Burundi, le Kenya, le Rwanda, la Tanzanie et Ouganda a fait que le commerce de biens et de services entre les pays de la CAE ont augmenté de 50 % depuis l’instauration du marché commun en 2010. En 2015, la Communauté d’Afrique de l’Est devrait aussi créer sa propre  monnaie pour aboutir plus tard à une fédération politique 

En conclusion
Ces facteurs clés et attractifs sont très importants aux yeux des investisseurs étrangers. Elles sont des signes de nouveaux marchés porteurs dans les secteurs de l’infrastructure, des télécommunications, de la distribution, de l’agroalimentaire, la construction ainsi que la santé. Enfin, l’émergence de la classe moyenne africaine ainsi que la croissance de la consommation constituent deux atouts porteurs des marchés africains. L’Afrique a encore un énorme travail à faire. Le manque d’infrastructure et de soins, la corruption, le détournement des biens publics, lutte contre les groupes islamistes Aqmi ou autres, les incertitudes géopolitiques sont encore des obstacles pour l’investissement.

Malgré les difficultés encore présentes, que pensez-vous de cette évolution positive de l’Afrique ?

  •  
  •  

Comments

comments

3 commentaires

Répondre à Anonyme Annuler la réponse