Des adolescentes nigérianes de 14 et 15 ans créent un générateur électrique

Afroculture.net



adolescentes de 13 à 14 ans créent générateur d'électricité avec de l'urine

L’insolite est que le générateur de ces quatre jeunes filles produit de l’électricité grâce à l’urine.

Des adolescentes nigérianes de 14 et 15 ans créent un générateur électrique à base d’urine.

La jeunesse, la jeunesse, elle ne cessera jamais de m’étonner par son esprit libre, innocent et créatif. Il faut encourager les enfants à s’instruire et à aller à l’école. S’ils n’ont pas les moyens d’aller à l’école, j’encourage vivement les parents à les inscrire à la bibliothèque et à les pousser à lire des livres (dans le cas des pays africains et en voie de développement). Car, la connaissance est une arme pour faire évoluer les choses.

Malgré la pauvreté, les pays africains ou en voie de développement doivent miser sur la jeunesse. Inventive, curieuse, amusante, cette jeunesse au cœur pure nous surprend au quotidien quand ils créent des inventions dans le but d’aider leur entourage ou de changer en mieux leurs pays. Dieu nourrit les hommes d’intelligence, alors si des enfants âgées de 14 à 15 ans arrivent à changer leurs quotidiens, alors pourquoi pas vous. Prenez votre courage, et mettez-vous au travail. Rien ne sert de pleurer, si les portes ne s’ouvrent pas à vous, alors créer votre propre affaire avec de la foi, de la persévérance, du travail et beaucoup de courage.

Lire en cliquant ici : Afrique : les énergies renouvelables pour lutter contre le manque d’infrastructure

Duro-Aina Adebola, Akindele Abiola, Faleke Oluwatoyin, Bello Eniola sont des jeunes écolières âgées de 14 à 15 ans, qui ont inventé un générateur électrique qui fonctionne grâce au pipi. Elles ont présenté leurs inventions au salon de l’entreprise Maker Faire Africa à Lagos au Nigeria. Eh oui, les amis, les déchets humains comme le pipi peuvent être transformés en énergie pour créer de l’électricité. Ces biocarburants naturels sont capables d’allumer une ampoule, recharger un téléphone portable ou pourquoi pas faire rouler une voiture (mais, dans ce cas, il faudrait une énorme quantité de pipi).

adolescentes de 13 à 14 ans créent générateur d'électricité avec de l'urine

Pourquoi ont-elles décidé de créer ce générateur ?

Aina Duro Adebola explique :

J’ai lu sur internet que cinq personnes avaient été tuées par des émissions de monoxyde de carbone. Cela m’a profondément choquée que des gens meurent intoxiqués par des générateurs. Et je me suis demandée ce qu’on pourrait faire pour ne plus rejeter de gaz nocifs dans l’environnement. »

Elle poursuit :

 Nous avons toujours été encouragés à apporter des idées pour aider à résoudre les problèmes humains alors un jour, nous étions dans la Chambre de notre école ; nous avons pensé à ce qui pourrait être fait pour résoudre ce problème. Nous avons pensé que nous pourrions utiliser pour alimenter le générateur au lieu d’utiliser le carburant classique, quelque chose qui peut remplacer les combustibles classiques et qui va libérer aucune substance odieuse comme le monoxyde de carbone dans l’environnement ; quelque chose qui ne sera pas cher pour les Nigérians. Vous savez que lorsque la question de la suppression de la subvention du carburant est venue, il y avait hausse des prix des produits pétroliers. »

Après la détection du problème, elle passe à la solution en se questionnant. Quelle matière choisir ? Quel liquide possède de l’hydrogène et qui n’est pas coûteux ?

Elle poursuit :

 Nous avons commencé par divers matériaux. Nous avons regardé l’eau, mais nous avons estimé que la quantité de tension qu’il faudra pour briser la molécule d’eau est grande et nous voulions quelque chose de petit pour que nous puissions avoir une production plus importante. Nous avons décidé de regarder les déchets parce que les Nigérians ont toujours opté pour quelque chose qu’ils n’étaient pas obligés de dépenser leurs argents. Nous avons donc commencé à regarder des matériaux différents, dont l’un était l’urine. Nous étions à la recherche de quelque chose qui est liquide, quelque chose qui a des molécules d’hydrogène en elle. Nous avons également observé que la quantité de tension nécessaire pour briser une molécule d’urine est inférieure à la quantité nécessaire pour casser la molécule d’hydrogène dans l’eau. Nous avons donc opté pour l’urine puisque nous avons une augmentation de la production. »

Comment fonctionne le générateur de nos adorables écolières ?

Elles choisissent un générateur à base de combustibles classiques, qui brûle plus lentement que le gaz d’hydrogène. Puis, elles décident de faire retarder l’allumage du générateur. C’est-à-dire, l’arrière timing a été retardé de 11 degrés.

Elles regroupent le matériel :

  • Une cellule électrolytique. Les adolescentes ont trouvé ce matériel dans une beine à ordures.
  • Un filtre à eau
  • Un cylindre de gaz vide
  • Borax
  • Le générateur retardé de 11 degrés

Assemblage du matériel et préparation étape par étape.

  • 1) Nous avons retiré le contenu de la cellule électrolytique et ensuite perforé la maille d’acier inoxydable.
  • 2) Les électrodes d’urine sont placées dans la cellule d’électrolytique. L’urine est alors électrolysée, libérant ainsi un mélange gazeux hydrogène-oxygène.
  • 3) Ce mélange gazeux hydrogène-oxygène passe ensuite dans un filtre d’eau. L’objectif du filtre à eau est d’éliminer les impuretés, qui pourraient avoir été en contact avec le gaz.
  • 4) Puis, il va dans un cylindre de gaz vide, qui va servir pour le stockage du gaz.
  • 5) Le cylindre de gaz hydrogène pousse dans un cylindre de borax liquide, qui est utilisé pour éliminer l’humidité à partir du gaz d’hydrogène.
  • 6) Le borax a été utilisé comme agent de séchage, car les jeunes filles ne voulaient pas beaucoup d’humidité allant dans le générateur. Mais, le borax aide aussi à éliminer toutes les autres impuretés qui pourraient avoir été en contact avec le gaz. 
  • 7) Finalement, le gaz d’hydrogène purifié est ensuite poussé dans le générateur.

a3ca25b4babb6f9f

a3ca25b4babb6f9f8

Pour info, les filles expliquent qu’un litre d’urine a permis de produire 6 heures d’électricité. Grâce à ce système, elles ont pu alimenter en électricité des ampoules, un ventilateur et une télévision. Elles évaluent le coût du prototype à environ 4 000 nairas, sans compter le générateur, qui vient des ordures.

Avantage : pour ce générateur, le gaz d’échappement est juste de la vapeur d’eau. Cela ne dégage pas de monoxyde de carbone, comme le générateur à base de combustibles normale. L’urine en énergie est gratuite, non toxique, disponible et renouvelable. Pour nos 4 collégiennes, le but était de fournir un environnement propre pour les Nigérians.

Inconvénient : il faut faire très attention en manipulant de l’hydrogène, car c’est un gaz explosif et inflammable.

Appel à l’action

Les adolescentes rétorquent :

Nous lançons un appel aux gens de construire sur ce que nous avons fait. Ils devraient reprendre l’idée et nous aider à l’améliorer afin qu’il puisse être quelque chose qui peut être utiliser dans tous les foyers parce que cela n’a pas été encore fait; il a été conçu pour être utilisé par des Nigérians. Tous, nous avons besoin de soutien afin que nous puissions aller le plus loin possible. Nous voulons une situation où chaque maison peut l’avoir. Nous voulons également le rendre plus compact de sorte que vous ne deviez pas avoir des compartiments différents, ils peuvent tous être dans une seule unité qui peut juste être attachée à un générateur. “

Point de vue des scientifiques sur le pipi comme biocarburant.

Beaucoup de pays recherchent des nouvelles solutions d’énergies renouvelables, accessibles, non-polluantes et disponibles en abondance. L’énergie de la biomasse permet de transformer les déchets humains ou animaux, les végétaux ou autres en biocarburant. Avec des études poussées, elles peuvent être une alternative intéressante au pétrole.

Dans ce cas-ci, le biocarburant en pipi peut être utilisé dans le but de :

  • produire de l’électricité.
  • alimenter des ampoules, télévisions ou ventilateurs grâce à un générateur électrique à base de pipi.
  • faire fonctionner un téléphone portable avec de l’urine. Technique démontrée par des chercheurs britanniques pendant 1 minute. Ils ont utilisé 50 millilitres de pipi pour envoyer des sms et faire fonctionner le téléphone. Avec 1 millilitre d’urine, ils ont aussi réussi à créer de l’électricité. Vous pouvez trouver leurs recherches dans la revue Physical Chemistry Chemical Physics en 2011.
  • faire fonctionner une pile de batteries. Procédé démontré par les scientifiques de l’Université of the West of England (Bristol). Ils ont établi que la dégradation de l’urine par des bactéries contenues dans une pile spécifique produisait de l’électricité. En pleine création de leur prototype, l’équipe du docteur Loannis Leropoulos espère ainsi alimenter un foyer en électricité, des bureaux et même un village.

Les chercheurs britanniques du Bristol Robotics Lab expliquent que :

Les êtres vivants produisent 38 milliards de litres d’urine chaque jour. »

De quoi alimenter des millions de carburateurs écologiquement. Ces chercheurs concentrent leurs recherches sur l’urée, qui est un composé organique présent dans l’urine des êtres humains. Aujourd’hui, l’urée est  fabriquée industriellement à partir d’ammoniac et de dioxyde de carbone. L’énergie à l’urine a du mal à se mettre en place à cause du facteur « beurk », mais aussi à cause de l’hésitation de beaucoup de scientifique sur le fait d’obtenir de l’urée pure.

Pour Earl Braxton, géant américain dans les toilettes mobiles :

Extraire l’urine serait beaucoup plus profitable qu’extraire de l’or ou du pétrole. » Car cette ressource à l’avantage d’être inépuisable.»

Pour tous ces scientifiques, chacun d’entre nous produit assez d’urée sur une année pour faire rouler une voiture sur 2700 kilomètres. Si on substitue cette méthode aux processus classique de traitement des eaux usées. Cela  permettrait premièrement d’économiser de l’énergie. Mais secondement, d’éviter le rejet dans la nature de quantités importantes d’effluents d’élevage qui sont polluants.

Il faut savoir que l’urine est riche en protéines et joue dans ce cas le rôle de matière organique. L’électrolyse de l’urine consomme moins d’énergie que celle de l’eau. Elle libère ainsi plus d’atomes d’hydrogène de l’urine que de l’eau.La recherche sur l’énergie renouvelable à base de déchets humains ou animaux doit être accentuée.

Dans le cas des animaux, il faut souligner que par exemple, un éléphant peut uriner 160 litres environ, en une seule fois. Sa vessie est à près de 2 mètres de haut et contient l’équivalent de trois grands sacs poubelles de pipi. Toutes ces tonnes de pipi, peuvent être une alternative non-négligeable vers des nouvelles formes d’énergies. Le zoo de Munich en Allemagne, utilise les excréments des éléphants pour produire de l’électricité. Elle alimente ainsi 5 % de ses besoins énergétiques grâces aux 2000 tonnes d’excréments produites par les éléphants d’Afrique.

Comment ils font ?

  • 1) Ils mélangent avec de l’eau chaude et des bactéries les excréments qui sont dans 3 containers.
  • 2) Tout ceci macère pendant environ 1 mois sans oxygène.
  • 3) Ils dégagent ainsi du biogaz, composé de méthane et de dioxyde de carbone, qu s’évapore par des ouvertures situées sur le toit.
  • 4) Un gros ballon en forme de Zeppelin emmagasine cette énergie qui alimente ensuite un moteur à gaz producteur d’électricité.

Non seulement, la chaleur issue de la transformation du biogaz sert pour réchauffer l’enceinte des gorilles, mais ils utilisent aussi le résidu solide appelé digestat (issu de la méthanisation des excréments) comme engrais organique pour les cultures. Beaucoup de Zoo, à mon humble avis devraient s’en inspirer.

Tout ceci me fait penser aux jeunes William Kamkwamba au Malawi, qui travaillait sur un projet de digesteur de biogaz dans le village Masitala, en utilisant de la bouse de vache pour produire du gaz pour la cuisson, fournissant ainsi une source d’énergie alternative au bois de chauffage. Puis, le lisier transformé peut être utilisé comme engrais pour les cultures, résultant dans une situation gagnant-gagnant pour les femmes. Son projet permettait ainsi de réduire la dépendance excessive du bois de chauffage et la déforestation globale. 

Pour les amoureux de la science, on compte sur vous pour innover et aller encore plus loin dans toutes ces recherches.

Venez aussi visiter notre boutique en ligne en cliquant ci-dessous !

 

En conclusion, ces jeunes filles redonnent de l’espoir pour les pays d’Afrique et tous ceux en voie de développement, qui souffre du manque d’électricité. Il faut continuer à miser sur la jeunesse, car ils sont l’avenir de demain. Ces jeunes filles passionnées de science travaillent activement sur d’autres projets comme la détection de bombe radar, dispositif moteur de la sécurité à vélo et aussi du papier à partir de paille de maïs (dans les déchets agricoles), pour sauver nos arbres et notre environnement.

Comments

Facebook comments

Powered by Facebook Comments

Afroculture.net

29 commentaires

  1. si seulement nos chefs d’etat mettaient a la disposition des recherches d’inventions et de creativites , toutes nos richesses detourner et placer a l’etranger les africains ferons encor mieux

    1. Je ne pense pas qu’il faut absolument compter sur les chefs d’état pour aider. Il est préférable de compter sur soi-même. Si on a des enfants. Il faut les pousser à suivre des études et pour ceux qui n’ont pas les moyens. Il faut les inciter à lire beaucoup de livres. Car, la connaissance est un travail personnel. C’est l’état d’esprit qui change un pays. Si tu comptes sur toi-même avec ta foi en Dieu. Tu crées des choses. Alors, que si tu passes ton temps à espérer que quelqu’un t’aide ou qu’un chef d’état te soutienne. Tu pourras attendre tout une vie. La recherche et la créativité viennent de l’intérieur. Il ne faut pas hésiter à encourager et soutenir ce qui a cette graine de talent. Selon moi, rien est impossible à celui qui croît. Mais, c’est mon humble avis.

Leave a Response / laissez un commentaire