La reine Anna Zingha d’Angola

Afroculture.net
  •  
  •  
  • 3
  •  

nzingha-reine-angola
L’histoire de l’Afrique pré-coloniale est marquée par l’histoire emblématique de la reine Anna Zingha d’Angola (1582-1663). On l’appelle Ngola Mbandi Nzinga Bandi Kia Ngola qui signifie la reine dont la flèche trouve toujours le but. Habile tacticienne, diplomate, chef militaire hors pair, Anna Zingha a marqué l’histoire de l’Angola en luttant contre le colonialisme portugais en Angola.
  
Contexte historique
La reine Nzingha d’Angola était une reine du 17e siècle des royaumes Matamba et Ndongo en Afrique du Sud-Ouest. Avant l’arrivée des colons Portugais, le royaume Ndongo et Matamba étaient un eldorado de 8 provinces, avec des vignobles immenses, des terres riches et fertiles et une agriculture riche et suffisante. Ce royaume était d’une beauté stupéfiante qui s’accordait avec un peuple ingénieux, adroits, ayant le sens de l’organisation et du commerce. En 1484, les Portugais arrivent sur le territoire Angolais. Subjugué par tant de beauté et par ce peuple, ils veulent s’approprier le royaume Matamba et Ndongo, au nom du roi du Portugal. Les portugais voulaient jouir des richesses et faire de ce royaume une escale d’approvisionnement des esclaves pour leur territoire au Brésil. Mais, le peuple de Matamba ne se laissera pas faire. Une résistance contre le colonialisme commença.

Anna Nzingha, la reine dont la flèche trouve toujours le but

Anna-Zingha-Reine-d-Angola
Anna Zingha était la fille du huitième roi de Matamba, Zingha-n-Bandi-Angola, en  Afrique centrale. Lors de sa naissance, elle née avec un cordon ombilical autour du cou, mais malgré tout, elle a survécu. Anna Zingha est une femme très intelligente et une redoutable guerrière.  Initiée dès son plus jeune âge aux arts de la guerre et  à la gouvernance d’un état, Anna Zingha devint une redoutable tacticienne, elle maniait avec habilité le maniement de la flèche empoisonnée et ne manquait jamais sa cible.
Lorsqu’elle devint reine en 1624 à la mort de son frère, elle résista avec force contre l’invasion portugaise et les razzias. Excellente diplomate, chef militaire visionnaire avec un sens politique aigu, elle savait jouer avec ses charmes féminins et sa dureté masculine. Elle utilisait la religion comme une arme politique quand la situation le demandait.
De plus, la cour de la reine Nzingha était occupée par des notables, des princes et princesses, impeccablement vêtus. Elle positionna des femmes, y compris ses deux sœurs Kifunji and Mukumbu, a tous les postes gouvernementaux. La magnifique reine Nzingha dirigea une armée dont les femmes avaient un rôle très important. Les femmes de l’armée étaient des redoutables amazones et savaient manier les armes et monter à cheval. Elles étaient aussi capables qu’un homme face au combat. C’était un royaume bien tenu avec des codes sociaux et une administration sérieuse. Le royaume Matamba commerçait beaucoup avec le royaume Kongo. 
Reine Anne Zingha d’Angola 3 nzinga2011_costume_b

 La résistance contre le colonialisme portugais

Une bataille féroce opposa le peuple du royaume de Matamba -Ndongo aux colons Portugais. Les colons Portugais réussirent à conquérir le territoire Ndongo. Mais, le territoire Matamba continua à se battre et à résister contre l’invasion. La reine Anna Zingha rallia à sa cause les Etats voisins. Elle mit en place une police secrète sur le port de Luanda pour espionner les débarquements des colons en provenance de Lisbonne ou du Brésil.
La bataille était tellement sanglante que la reine décida de négocier un traité avec les puissances coloniales portugaises à Luanda (capitale de l’Angola ). Lorsqu’elle arriva à Luanda, elle fut attristée, car les colons avaient transformé son royaume avec des ruelles et une architecture plus européenne. Ils avaient mis son peuple en esclavage, parqués comme des animaux et souffraient de malnutrition et de mauvais traitements.
La reine fut accueillie par le vice-roi du Portugal Don Joao Correia da Souza. Le vice-roi du Portugal lui proposa que le territoire libre de la reine soit mis sous la protection du roi du Portugal, ce qui signifiait en réalité le paiement d’un impôt qui consistait en la livraison de 12 à 13 000 esclaves par an à l’administration coloniale.  La reine Anna Zingha refusa. Elle réussit à faire en sorte que les colons Portugais reconnaissent la souveraineté du royaume Matamba et le reculement de leurs troupes. Anna Zingha pus régner pendant une trentaine d’années sur la partie libre de son territoire et décéda à l’âge de 82 ans en 1664.
Une histoire incontournable raconte que la reine Nzingha préféra s’asseoir sur un de ses serviteurs  plutôt que sur une chaise pour discuter d’un traité avec un gouverneur portugais  Elle ordonna à son serviteur de se mettre à quatre pattes pour qu’elle puisse s’asseoir sur son dos pour être les yeux dans les yeux avec le gouverneur. D’autres histoires racontent qu’elle aimait voir les hommes se battent entre eux, pour passer une nuit avec elle.
Statue de Nzingha à Luanda

Enfin, la reine Anna Zingha marqua l’histoire de la femme africaine. Figure légendaire de courage et d’intelligence, on lui attribua une rue et une  statue sur une place en Angola. Les jeudis et les vendredis, les femmes angolaises viennent se marier à proximité de la statue. Jusqu’à aujourd’hui, elle reste un symbole de la résistance contre la traite négrière et le colonialisme en Afrique.

 

 

Connaissez-vous son histoire ?

  • 3
  •  
Afroculture.net

Leave a Response / laissez un commentaire