AfroCulture.net» » La sapologie : phénomène incontournable des sapeurs Congolais.

   
SIDEBAR
»
S
I
D
E
B
A
R
«
Abonnez-vous à notre newsletter !

La sapologie : phénomène incontournable des sapeurs Congolais.
janvier 8th, 2017 by Charlotte B




  • SumoMe



 

 

La sapologie : phénomène incontournable des sapeurs Congolais.

 

Qu’est-ce que la sapologie ?

 

La sapologie est le phénomène des sapeurs, une sous-culture des dandys extraordinairement vêtus du Congo. Dans certains coins reculés du monde, la sapologie ou dandysme est un code vie, une véritable religion.

 Au milieu de leurs bidonvilles, des hommes portent des costumes sur-mesure, avec élégance et flânent dans les rues pauvres avec des chaussures immaculées.

[yendifplayer video=242]

 

L’histoire du dandysme et des sapeurs.

 

Fin du 18ème siècle au début du 19ème siècle, la Grande-Bretagne fait face au phénomène dandysme. En effet, un dandy est un homme bien habillé, de la classe moyenne qui imite à la perfection le code et le style de vie de l’aristocratie.

Par contre, les dandys africains remontent à la période où l’esclavage a été aboli. Les esclaves africains libérés ont commencé à créer leur propre style de dandysme unique.

La sous-culture des Sapeurs du Congo, vient de la Sape (Société des Ambianceurs et des Personnes Élégantes). En 1922, un des premiers grands sapeurs était Matsoua, une figure religieuse et politique congolaise, qui était revenu de Paris, habillé avec des vêtements français très élégants. Il y a aussi Christian Loubaki, l’inventeur du mot « SAPE », un homme à tout faire du seizième arrondissement à Paris, qui aurait observé ses employeurs s’habiller et profité des vieux vêtements qu’ils lui offraient. Il crée la première boutique de sapologie en 1978 « La Saperie à Bacongo. »

Dans les années 60, le chanteur vedette, Papa Wemba, connu sous le nom « le pape de Sape » a influencé et généré ce phénomène. Amoureux de la mode française, il revêtait des vêtements très élégants issus de ses nombreux voyages et concerts à Paris. Il a même établi un certain code moral d’hygiène et de classe pour les sapeurs issus des différentes classes sociales.

 

Le code la Sapologie.

Les sapeurs doivent respecter certaines règles et adopter un code vestimentaire.

  • 1/ Les chaussettes doivent être une certaine hauteur.
  • 2/ Il faut utiliser un maximum de 3 couleurs lorsqu’on porte une tenue.
  • 3/ Il doit faire attention au détail.
  • 4/ Il faut laisser le bouton de manchette de la veste d’un costume pour indiquer la fabrication de la sape.
  • 5/ La sapologie est un style de vie, un véritable art.
  • 6/ Un sapeur doit avoir une hygiène et des manières impeccables.
  • 7/ Il doit porter des chaussures de villes habillées, qu’importe le prix.
  • 8/ Il doit avoir une montre.
  • 9/ Il ne doit jamais porter un costume ou un manteau avec l’étiquette sur la manche indiquant le créateur du tissu.
  • 10/ Un sapeur est connu comme une personne non-violente, respectueuse et attentionnée des autres. D’où le slogan « Laissons tomber les armes, laissez-nous travailler et robe élégante ». 
  • 11/ Un sapeur ne se drogue pas, la plupart sont catholiques et vont régulièrement à l’église.

 

Les aberrations de ce système.

 

Malgré un revenu moyen d’environ 100 $, qui est très bas, le sapeur dépense beaucoup d’argent pour une veste de costume importée d’Italie ou de France. Leur look et les histoires sont fascinants, pour un pays où près de la moitié des Congolais vivent en dessous du seuil national de pauvreté. Le sapeur peut travailler comme un forcené pendant 8 mois, juste pour gagner assez pour s’habiller. Il préfère dépenser tout son argent pour une garde-robe chic et élégant, malgré les difficultés de sa vie quotidienne.

Mais, il ne faut pas oublier que ces hommes essaient juste d’oublier un quotidien triste où la guerre fait rage. La sape est un moyen pour eux de sortir des conflits politiques.

 

La sapologie, aujourd’hui.

 

Plus de 25 ans après et le mouvement de Sapeurs s’est beaucoup transformé. Il a pris un engouement considérable. De Brazzaville à Kinshasa, en passant par Paris, la sapologie devient un lieu de grande compétition et de grands défis entre sapeurs de tout calibre. Beaucoup de jeunes disciples de la SAPE portent des vêtements de couleur aveuglante qui coûte plus de 10 000 $ et participent à des shows de folies, pour voir qui s’habillent le mieux et portent les vêtements de créateurs le plus cher.

De nombreux sapeurs africains rêvent de faire la sape sur Paris. Ils considèrent Paris comme la terre promise du sapeurisme. Certains ont mal fini et le regrettent aujourd’hui. Des membres plus âgés de la SAPE ont exprimé des regrets pour l’exemple qu’ils ont fixé pour les jeunes générations, en admettant « que c’était comme une drogue. »

Le phénomène sapeur du Congo traverse les océans. On les retrouve dans la pub Guiness et la sœur de Beyonce Solange Knowles fait une chanson où on voit des sapeurs congolais en vedette.

Au Nigeria, le phénomène sapeur a conquit aussi de nombreux adeptes. De nombreux nigérians se lancent dans le stylisme et créent des costumes et des vêtements élégants inspirés des coupes italiennes ou françaises. On peut citer par exemple des tailleurs comme Taryor Gabriels, du nom d’Adeyeye Adetayo, la maison McMecka, Jason Porshe et pleins d’autres. Ils sont soutenus par les célébrités de Nollywood.

La sapologie s’inscruste ainsi dans nos télés, dans les publicités et devient ainsi un véritable phénomène de mode.

 

  

Venez aussi visiter notre boutique en ligne en cliquant ci-dessous !

Qu’en pensez-vous ? Aimez-vous la sapologie ?

Comments

Facebook comments

Powered by Facebook Comments


One Response  
Leave a Reply


XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>




Abonnez-vous à notre newsletter

SIDEBAR
»
S
I
D
E
B
A
R
«
»  Copyright 2016   »  Style:Afroculture.net