Xénophobie et Covid-19 : en Chine, les Africains de Guangzhou sont arrêtés, expulsés et discriminés

Afroculture.net
Share
  •  
  •  
  • 11
  •  

Xénophobie et Covid-19 : en Chine, les Africains de Guangzhou sont arrêtés, expulsés et discriminés

« Nous sommes victimes de discrimination parce qu’ils pensent que nous sommes porteurs asymptomatiques de coronavirus. Certains nous détestent sans raison. Honnêtement, nous devons rentrer chez nous. » témoigne une Kényane.

Tout le monde sait que le Covid-19 a commencé à Wuham en Chine et s’est répandu dans le reste du monde. Mais sa pandémie a entraîné une croissance de la xénophobie et du racisme envers les personnes africaines habitant à Cantan (Guangzhou) une ville du sud de la Chine.

Guangzhou est la ville où il y a une forte communauté africaine. C’est là-bas qu’on trouve les commerçants africains qui achètent et vendent des produits au continent.

De nombreux expatriés africains vivant en Chine racontent leurs calvaires et leurs craintes, car ils subissent des discriminations de la part de la population locale.

Mais comment tout cela a commencé ?

 Des rumeurs ont affirmé que cinq Nigérians testés positifs au Covid-19 se sont échappés de leur quarantaine à Canton (sud). Depuis, là, des actes xénophobes ont éclaté.

De nombreux Africains de Canton de la province du Guangdong (sud) ont dénoncé sur les réseaux sociaux et à l’AFP leurs calvaires. Ils ont été victimes de maltraitance, d’expulsions arbitraires et interdits de rentrer dans des commerces. Ces pauvres malheureux sont livrés à eux-mêmes vivant dans la rue.

Le quotidien difficile des Africains en Chine

Nous savons que la Chine est un des pays les plus sécurisés du monde. Il a mis en place des mesures de décontamination très stricte pour éviter la pandémie de coronavirus. Les habitants sont soumis à des prises de température quotidienne, confinement prolongé et il y a de la vidéosurveillance partout. On se demande avec toute cette sécurité, comment 5 Nigérians infectés par le Covid-19 ont pu s’échapper alors que le pays est ultra surveillé. Mais malgré ces rumeurs, les Africains ont été victimes de xénophobie et de racisme. Et la situation est très alarmante et inquiétante.

“Ils nous accusent d’avoir le virus”, déclare Victor Tobenna, un étudiant nigérian à Guangzhou.”

De nombreux témoignages racontent que les Africains ont été arrêtés et expulsés de force de leurs appartements.

Même s’ils ne sont pas malades, on les force à se mettre en quarantaine pendant 14 jours. Ils sont obligés de passer la quarantaine dans les hôtels. Et doivent payer la nourriture et les frais d’hôtels par eux-mêmes. En sachant bien que cela fait 3 mois, qu’il n’y a pas de travail en Chine. Tout est verrouillé. Ils ne savent pas où trouver l’argent.

“Ils sont venus chez moi. Ils m’ont dit d’attendre 24 heures pour les résultats, mais même après 24 heures, personne ne m’a contacté” déclare Lunde Okulunge Isidore (un homme d’affaire congolais)

Selon Thiam, un étudiant guinéen, qui affirme à l’AFP avoir été testé négatif. La police a exigé qu’il soit placé en quarantaine, même s’il n’a pas quitté Canton depuis le début de l’épidémie en janvier.

« Toutes les personnes que j’ai vu être testées sont des Africains. Les Chinois peuvent se déplacer librement. Mais quand tu es noir, tu ne peux pas sortir »

Les bailleurs profitent de cette situation pour chasser les noirs sans raison valable, car on leur a dit que les Africains ne sont plus les bienvenus dans leur pays.

“Nous avons payé le loyer et juste après l’avoir récupéré, ils nous expulsent des maisons. Depuis la nuit dernière, nous dormons dans la rue.”ajoute Victor Tobenna.

La situation est devenue inhumaine. Ils ne peuvent même plus faire leurs courses. Par peur, beaucoup restent enfermer chez eux et n’osent pas sortir.

Les plus malchanceux finissent par dormir dans les rues, car les hôtels ont refusé de les accueillir.

D’autres africains se font retirer leurs passeports par les autorités chinoises. C’est un véritable scandale.

Certains policiers vous permettent de garder le passeport, mais d’autres le prennent », explique un témoin cité par le Daily Nation.

 La libre circulation est interdite pour les Africains. Ils sont victimes de graves discriminations.

  • 1/ ils n’ont pas le droit de rentrer dans les hôtels.
  • 2/ ils sont interdits d’aller dans les restaurants.
  • 3/ Ils ne peuvent pas entrer dans les commerces et payer ce qu’ils veulent
  • 4/ Et quand tu marches dans la rue, ils sont dénoncés aux autorités.

Ils ont ciblé les noirs d’Afrique, car ils pensent qu’ils n’auront pas gain de cause.

Le dernier bilan de Canton fait état de 114 cas « importés ». Parmi eux figurent 16 Africains, le reste étant des ressortissants chinois. Malgré les statistiques, la communauté africaine est victime de discrimination.

 


Le consul du Nigeria a réagi le premier.

La tension montre entre la Chine et le Nigeria. Le consul du Nigeria choqué et attristé par le sort des Africains, s’est déplacé pour récupérer les passeports confisqués par les autorités chinoises.

Les Etats-Unis dénoncent le racisme chinois

Les États-Unis dénonce la « xénophobie des autorités chinoises à l’égard des Africains » et fustige Pékin pour son manque de transparence. « Les abus et mauvais traitements à l’encontre des Africains vivant et travaillant en Chine rappellent tristement à quel point le partenariat entre la République populaire de Chine et l’Afrique est creux », a déclaré à l’AFP un porte-parole du département d’État américain.

Le consulat américain à Guangzhou conseille aux Afro-Américains ou à ceux qui pensent que les autorités chinoises peuvent les soupçonner d’avoir des contacts avec des ressortissants des pays africains d’éviter la zone métropolitaine de Guangzhou jusqu’à nouvel ordre », a indiqué l’alerte.

L’Union Africaine intervient.

Face au scandale, le président de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a convoque l’ambassadeur chinois pour qu’il fasse quelque chose contre la xénophobie que subissent les Africains en Chine. Il a exprimé son « extrême préoccupation», le 11 avril sur Twitter, appelant à «des mesures rectificatives immédiates, dans la droite ligne des excellentes relations entre l’Afrique et la Chine.»

Réaction de la Chine

Sous forte pression diplomatique, la Chine avait rejeté tout “racisme” et promis “d’améliorer” son traitement des Africains dans la ville de Canton. “L’amitié sino-africaine est profondément enracinée en Chine et incassable. Nos amis africains seront traités de manière équitable, juste et amicale en Chine”, a promis Zhao Lijian, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

 Le 13 avril, une vingtaine d’ambassadeurs africains ont en outre été reçus à Pékin au ministère des Affaires étrangères par le vice-ministre des Affaires étrangères, Chen Xiaodong. Celui-ci a notamment promis de «lever les mesures sanitaires concernant les Africains, à l’exception des patients confirmés [atteints du Covid-19]».

  • 11
  •  
Afroculture.net

Leave a Response / laissez un commentaire