Thomas Sankara : un des plus grands présidents et leader d’Afrique.

Afroculture.net



thomas-sankara

Thomas Sankara : un des plus grands présidents et leader d’Afrique

Serez-vous prêt à sacrifier votre vie pour votre peuple ? Serez-vous prêt à sacrifier vos biens et vos richesses, pour plus de justice et d’équité dans ce monde ? Cette question est anodine, mais elle révèle bien là qui est un homme intègre.

Thomas Sankara, leader charismatique, visionnaire malgré son temps, donne des leçons à tous les présidents de la terre, car il a su donner sa vie pour son peuple, pas pour ses intérêts personnels (villa, pouvoir, femmes, richesses personnelles), mais pour le bien de tous. À mes yeux, il restera un des plus grands leaders et président d’Afrique.

thomas-sankara-heros

Dans un monde où l’individualisme, le matérialisme, l’égoïsme font rage. Des hommes courageux naissent et meurent pour des causes justes. Lorsqu’un homme bon bénit par Dieu accède au pouvoir, la voix du peuple est enfin entendue. Mais lorsque les hommes au cœur sombre réussissent, c’est le cahot et la corruption qui règnent. Une famille mange pendant que le peuple entier meurt dans la misère. Et, nous sommes tous les témoins d’un monde, qui part à la dérive. Si nous regardons le monde entier, qui pouvons-nous citer comme président qui soit mort pour le bien de son peuple, par pur désintéressement personnel ? Pas grand monde, voilà pourquoi notre vie est devenu si injuste, corrompus et que le peuple meurt, incompris dans la pauvreté. Si les gens prenaient le temps de choisir un homme selon son cœur, ses valeurs, ses actions et non selon les apparences (la fortune et le nom qu’il possède) notre vie à tous serait meilleur.

Comme le cite bien Thomas Sankara :

 Parce que de toutes les races humaines, nous appartenons à celles qui ont le plus souffert, nous nous sommes jurés de ne plus jamais accepter sur la moindre parcelle de cette terre le moindre déni de justice. » 

Quand nous lisons la bible, nous le voyons clairement, quand un homme de Dieu accède au pouvoir avec un cœur noble et humble, la vie est beaucoup plus belle et juste pour tous. Certes, aucun homme n’est parfait, mais à force de lutter contre le péché, nous devenons des hommes meilleurs.

Dans cet article, je vais vous expliquer pourquoi selon moi ou d’autres, Thomas Sankara restera dans les mémoires de la conscience collective comme l’un des plus grands présidents d’Afrique. Un homme dont on doit s’inspirer et respecter malgré certaines de ces maladresses. Un homme qui marchait au-delà du temps, un visionnaire qui ne regardait pas aujourd’hui, mais le futur pour son peuple et pour toute l’Afrique. Un homme dont de nombreux présidents doivent saluer pour son courage, son sacrifice et ses actions. Un che africain qui a su transformer ses mots en action pour le bien de tous.

Thomas Sankara :

 Malheur à ceux qui bâillonnent le peuple ! »

Naissance du héros Sankara.

Thomas Isidore Noël Sankara est né le 21 décembre 1949 à Yako dans une famille chrétienne modeste de 14 enfants. Il était un « Peul-Mossi », qui n’a jamais oublié d’où il vient. Son père était un ancien combattant et prisonnier de guerre de la Seconde Guerre mondiale. Sa mère, Marguerite est décédée le 6 mars 2000. Bourreau de travail, il a toujours été un bon élève tout au long de sa scolarité, en français et en mathématiques. Bon guitariste de jazz, il était passionné de moto.

Carrière militaire.

À 19 ans, après des études secondaires à Bobo-Dioulasso, Thomas Sankara se lance dans une carrière militaire alors que ses parents le destinaient plutôt au séminaire. Il est envoyé à Madagascar, pour poursuivre sa formation d’officier  et devint en 1976 commandant du centre de commando de Pô. En parallèle, pendant sa formation,  il s’intéressait à l’économie, la sociologie et s’initiait au journalisme en dirigeant le journal de l’académie militaire.

 Suite aux soulèvements et révoltes du peuple malgaches contre le régime néocolonial en 1971/1972, il prend conscience du danger du néocolonialisme. De plus en plus, inspiré par Marx, Patrice Lumumba, Nkwame Nkrumah, des pensées de justice, d’équité nourrissent ses idées de révolution.

En 1972, il retourne à Haute-Volta (ancien nom du Burkina Faso) et participe à la guerre contre le Mali. Il part ensuite en France, puis au Maroc où il rencontre en 1976 Blaise Compaoré. Les deux hommes deviendront rapidement des amis, se considérant comme des “frères”. Avec Zongo et Jean-Baptiste Boukary Lingani, ils formeront le ROC (Regroupement d’Officiers Communistes).

Il faut bien préciser qu’au départ, dans les années 80, le Haute-Volta, ancienne colonie française, traverse une grave crise des finances publiques, doublée d’une crise politique. La majorité de la population vit dans la pauvreté et de nombreux régimes se succèdent, mais ne remettent pas en cause le système néocolonial. La Haute Volta figure à cette période, parmi les pays les plus pauvres du monde.

 

Vie politique de Thomas Sankara.

Au printemps 1981, il est nommé Secrétaire d’Etat à l’Information par le gouvernement du colonel Saye Zerbo. Humble et simple, il se rend à la première réunion de cabinet en vélo. Très vite, il change les mentalités. Conscient que le gouvernement n’écoute pas la voix du peuple et fort de ses convictions, il décide de démissionner le 21 avril 1982 en déclarant : « Malheur à ceux qui veulent bâillonner le peuple ».

Suite à un coup d’état du 7 novembre 1982, Jean-Baptiste Ouedraogo est au pouvoir. Il fait de  Thomas Sankara son Premier ministre en janvier 1983. Avec des idées bien tranchées, Sankara fait un discours virulent contre le néocolonialisme au sommet des “non-alignés” de New Delhi. Suite au mécontentement des conseillers français aux affaires africaines, Thomas Sankara sera emprisonné par Ouedraogo le 17 mai 1983. Mais, son ami Blaise Compaoré organise un coup d’état le 4 août 1983, et le libère.

 Tout naturellement, Thomas Sankara prend le pouvoir et devient président pendant 4 longues années. Libre-penseur, chef charismatique,  sociologue, philosophe, économiste et homme politique, la révolution Sankara est en marche. Parmi ses premiers décrets, le 4 août 1984, Thomas Sankara change le nom du pays « Haute-Volta » donné par les colons, par Burkina Faso, qui signifie “le pays des hommes intègres.»

Puis, il vend toutes les voitures de luxe des membres du gouvernement pour les remplacer par des Renault 5, des voitures qui consomment moins. Car il a compris très vite que l’amour de l’argent est la racine de tous les maux.

Il souhaite que les burkinabé consomme local. Il demandera à son peuple d’abandonner  les costumes occidentaux dans les administrations pour porter le Faso Fani, vêtements traditionnels en coton « made in Burkina Faso. »

 

Politique d’affranchissement du peuple burkinabé avec un programme révolutionnaire :

Le président Sankara souhaitait incarner le renouveau. Il voulait que son pays soit un pays d’hommes intègres autonome et indépendant économiquement. D’où, la citation « Produisons et consommons burkinabè  »

Voici le programme et les actions révolutionnaire de son mandat.

  • Combattre la corruption.

Bien conscient, que la corruption est un véritable fléau en Afrique. Il engage une lutte féroce contre la corruption dans la fonction publique, qui se traduit par procès retransmis à la radio, mais sans condamnation à mort.

Il oblige les fonctionnaires à déclarer leurs biens.

Il lutte contre société traditionnelle inégalitaire burkinabè, en affaiblissant le pouvoir des chefs de tribu.

  • Améliorer l’éducation.

Il favorise l’éducation et lutte contre l’analphabétisme, qui serait passé pour les hommes de 95 % à 80 %, et pour les femmes de 99 % à 98 %.

Il se battait en faveur d’une éducation pour tous dans un pays classé parmi les plus pauvres du monde.

Il fait construire de nombreuses écoles.

  • Lutter contre le mal-logement.

Il entame un programme important de construction de logements et décrète la gratuité des loyers durant toute l’année 1985. Il a aussi rénové le transport ferroviaire.

Sur le critère ” un ménage, un foyer “, il impose le lotissement des parcelles en ville.

  • Améliorer la santé des habitants.

Dans le but de lutter contre la mortalité infantile et d’accroître l’espérance de vie des habitants, qui étaient à 40 ans. Il met en place plusieurs mesures.

  • Mise en place d’une vaste campagne de vaccination pour les enfants.
  • Construction de plusieurs hôpitaux dans le pays.
  • Construction massive par les CDR de puits et retenues d’eau.
  • Promotion d’une économie nationale.

Il planifie le développement et la transformation des productions locales.

  • Réforme de l’agriculture et importance de l’environnement.

Bien conscient de la place de l’environnement et de l’agriculture dans son pays. Il met en place de grandes réformes :

  • Redistribution des terres aux paysans, avec une élévation des prix et la suppression des impôts agricoles.
  • Suppression de l’impôt par tête pour les paysans.
  • Mise en place d’une campagne de reboisement du Sahel par des plantations de millions d’arbres pour stopper l’avancée du désert. C’est-à-dire, il institue la coutume de planter un arbre à chaque grande occasion pour lutter contre la désertification.
  • En avril 1985, il lutte contre la coupe abusive du bois, accompagnée de campagnes de sensibilisation pour le développement de l’utilisation du gaz pour la cuisine, lutte contre les feux de brousse et lutte contre la divagation des animaux.
  • Mise en place de projet de barrages.
  • Un meilleur statut pour femmes.

Thomas Sankara souhaite un meilleur statut pour les femmes qui se découlent en plusieurs points :

  • Interdiction de l’excision.
  • Condamnation de la polygamie.
  • Permettre aux femmes de participer à la vie politique. Il a concrétisé ses mots en nommant plusieurs femmes dans son gouvernement.
  • Le 8 mars 1984 deviendra une journée fériée pour les hommes, car le président  souhaite que les hommes aillent au marché et  se mettent cuisiner afin de prendre conscience de la condition féminine.

Dans une magnifique citation, il dit : « Il n’y a pas de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée. Que jamais mes yeux ne voient une société où la moitié du peuple est maintenue dans le silence. J’entends le vacarme de ce silence des femmes, je pressens le grondement de leur bourrasque, je sens la furie de leur révolte. J’attends et espère l’irruption féconde de la révolution dont elles traduiront la force et la rigoureuse justesse sorties de leurs entrailles d’opprimées. » 

  • Indépendance face aux pays colonisateurs.

Thomas Sankara veut que son pays soit totalement indépendant, pour cela, il faut cesser d’être des assistés. Il critique le FMI et les institutions monétaires internationales en dénonçant fermement la néo-colonisation et la dette des Africains. Il souhaite s’affranchir définitivement de la tutelle française qu’il soupçonne fortement d’être à l’origine de son arrestation.

Lors d’un sommet de l’OUA à Addis-Abeba, il s’écriera « Je dis que les Africains ne doivent pas payer la dette. Celui qui n’est pas d’accord peut sortir tout de suite, prendre son avion et aller à la Banque mondiale pour payer ».

Il explique encore : « Tant qu’il y aura l’oppression et l’exploitation, il y aura toujours deux justices et deux démocraties : celle des oppresseurs et celle des opprimés, celle des exploiteurs et celle des exploités. »

« Le pillage colonial a décimé nos forêts sans la moindre pensée réparatrice pour nos lendemains » 

« L’esprit de liberté, de dignité, de compter sur ses propres forces, d’indépendance et de lutte anti-impérialiste doit souffler du Nord au Sud, du Sud au Nord et franchir allègrement les frontières. D’autant plus que les peuples africains pâtissent des mêmes misères, nourrissent les mêmes sentiments, rêvent des mêmes lendemains meilleurs. »

Les erreurs d’un président.

Trop visionnaire malgré son temps, avec son caractère autoritaire et impétueux,  il s’est heurté à l’incompréhension de nombreuses personnes, qui souhaitaient garder leurs habitudes et leurs coutumes. En voulant imposer aux fonctionnaires de participer à des chantiers, il s’est heurté aux partis politiques et aux syndicats.

Il a aussi fait des erreurs en remplaçant plus de 2.600 instituteurs par des “révolutionnaires” peu qualifiés. Il a aussi manqué de clairvoyance en créant de milices qui finiront par créer de l’insécurité.

De plus, il s’égare lorsqu’il enferme ses opposants et bâillonne la liberté de parole de la presse.

Lors du 4e anniversaire de la révolution, Sankara reconnaîtra ses erreurs, et décidera de changer certains aspects de la révolution. D’où la phrase : « Je préfère faire un pas avec le peuple, que cent sans le peuple. »

 

Mort et assassinat d’un leader pas comme les autres.

Ses prises de position contre le néocolonialisme et ses idées de révolution vont faire de Thomas Sankara, un homme à abattre. Jaloux de sa popularité et de l’espoir qu’il donne à la jeunesse africaine, ses ennemis vont monter un complot pour le faire taire à tout jamais. Mais Dieu est grand, un homme bon et ses idées marqueront à jamais l’histoire et le temps et son nom ne sera effacé.

Ses ennemis vont utiliser l’ex ami Compaoré pour en finir avec Thomas Sankara. . Différent de Sankara, Blaise Compaoré aime le luxe et le montre fort bien. En épousant un membre de la famille d’Houphoüet-Boigny, le président de la Côte d’Ivoire, il s’éloigne de son ami et de ses idées de révolution. Le 15 octobre 1987, Thomas Sankara fut assassiné à l’âge de 37 ans, lors d’un coup d’État organisé par celui qui était considéré comme son ami, son frère, Blaise Compaoré.

Plus précisément, le 15 octobre, Thomas Sankara est en réunion avec des conseillers au siège du CNR quand des bruits d’armes automatiques retentissent. Lors d’un coup d’état, il sera mitraillé par un commando avec de nombreux conseillers. Enterré à la va-vite, et de façon quasi-anonyme, il va être trahi par son ami, son frère, Blaise Compaoré selon des survivants de la fusillade. Plusieurs jours plus tard, il fut déclaré « décéder de mort naturelle » par un médecin militaire. L’absence de tout procès ou de toute enquête de la part du gouvernement burkinabé a été condamnée en 2006 par le Comité des droits de l’homme de l’ONU.

Après la destitution de Blaise Campaoré, on a pu faire une autopsie sur le corps de Thomas Sankara, cinq mois après le renversement de Compaoré. Les résultats de l’autopsie et de l’expertise balistique réalisées sur son corps ont révélé qu’il avait été abattu de plus d’une dizaine de balles le 15 octobre 1987. La famille du « père de la révolution » est heureuse de se rapprocher de la vérité, enfin.

Indépendance, responsabilité, fierté, Thomas Sankara rêve d’une Afrique forte, qui lève la tête et se prend en main grâce au pouvoir au peuple. Il restera à jamais une figure emblématique et un grand leader africain. Nous allons finir par quelques-unes de ces citations :

Le plus important, je crois, c’est d’avoir amené le peuple à avoir confiance en lu i-même, à comprendre que, finalement,  il peut s’asseoir et écrire son développement ; il peut s’asseoir et écrire son bonheur ; il peut dire ce qu’il désire. Et en même temps, sentir quel est le prix à payer pour ce bonheur.” (4 avril 1986)

 L’esprit de liberté, de dignité, de compter sur ses propres forces, d’indépendance et de lutte anti-impérialiste […] doit souffler du Nord au Sud, du Sud au Nord et franchir allègrement les frontières. D’autant plus que les peuples africains pâtissent des mêmes misères, nourrissent les mêmes sentiments, rêvent des mêmes lendemains meilleurs. ” (août 1984)

 

Venez aussi visiter notre boutique en ligne en cliquant ci-dessous !

[carousel]

Et pour vous, qui est Thomas Sankara ? Que représente-t-il à vos yeux ?

Comments

Facebook comments

Powered by Facebook Comments

227 commentaires

  1. oui les belles chose ne dure jamais et ces comme une mission k il à reçu et il à parfaitement réussit acceptons le et finissons tous la bataille k il à laissé contre ses blancs ki ne sont prêt à nous voire Émergé

  2. Shalom every body, as every year at the end before the 31st december, satan and his demons have to renew curses in People lives all around the word.
    Since 3 days ago the plan they have is in PARFUMS. ALL PARFUMS FROM NOW untill the end of this year 2016 is to sell all around the world prepared parfums. From the spiritual world they decieded to win saouls, blood and destroy trough parfums in markets in cities and far villages even very chip parfums. When you buy those prepared parfums, and use them , you will loose your chance, and coll curses in your life, accidents, death, sickness, everythings bad they want to do in your life they will succed it. If you have already baught a parfum since 3 days or will buy after, pray and destroy any darkness, plan of satan and his kids in parfums. Pray with faith before using any parfum even if its a gift from known or unknown People. Dont be afraid or ashamed pray and use your new or coming parfums. Refuse and reject those spraying you the parfum. Don’t live on the flesh. This is the demons plan for the period untill the end of the year. Inform your beloved.
    This friday 11 november 2016 we are in fasting and praying to cancel and destroy this plan on parfums all around the world from midnight to 3 p Gmt time. Pray every 2 hours and talk to the Lord about this and say NO to that plan and pray for the delivrance of the Word of this plan. GLORY BE TO OUR LORD FOREVER.

    Pastor Dimitri Ndiaye.

  3. Je trouve les mots très faible pour m exprimé mais l’Afrique a raté un rendez vous avec lui
    Sankariste à vie
    Modèle ♥¤référence il guide mes pas
    《Osez inventer l’avenir》
    Adobi

  4. ct un hm véridik,pieux,perséverant.Sa vie a marqué tant d’expl pr certains mlgré il est liquidé par lhm q le soit plus proche pr des raisons ke hm même sait prsnlmt et plus prcsmt en complicité avec ses pitains de…mé il a servi un modèle pr les africains

  5. Il fût un mon exemple pr l’Afrique mais hélas une fois encore les papas colons y compris les marionnettes chef d’État africain ont dit non!!!Mais notre Seigneur est au contrôle un jr il va réagir pas selon notre volonté mais selon la sienne!!!

  6. Un héros dont tout son objectif se reposait sur la libération de l’Afrique de ses chaines continentales.un grand homme engagé,audacieux restera gravé dans la mémoire africaine voire meme occidentale

  7. Un vrai africain qui s’est fait trahir par ses frères juste parcequ’il voulait une afrique souveraine qui se prend en charge, une afrique qui se developpe sans l’aide occidentale, une afrique aux africains, une afrique qui n’a pas peur de denoncer la malveillance occidentale, il en a payé sa vie comme P.E Lumumba, LD Kabila. C’est triste de voir que après tant d’années les africains sont toujours d’une manière ou d’une autre colonisés par les occidentaux, il faut plus de THOMAS SANKARA, moins de MOBUTU et BLAISE COMPAORE pour y arriver, ns gardons FOI.

  8. les blancs precisement les francais ont organise sa mort et mettre qelqun qil peuvent bien manipule cmme blaise qe des presidents idiots passe leur temps a servir loccident et non les pays qil dirigent

  9. Un homme qui n’avait pas peur de dire la vérité, un homme dont la vie était consacrée a aider les autres. Un homme qui se battait pour ses convictions et qui n’avait pas peur de les dire publiquement, un homme qui déranger l’impérialisme et qui est mort pour son pays et pour tout un continent. Un homme qui s’il avait vécu plus longtemps aurait changé l’Afrique. Un grand homme que nous n’avons pas fini de regretter.

  10. THOMAS SANKARA un homme politique honnête et intègre chose rarissime ….un homme de vision parce qu’il avait un discours avant gardiste .un homme humble avec un amour vrai et sincère pour son pays et le continent africain. Après Mandela c est Sankara…RIP mon capitaine

  11. Le vrai rêve et l’espoir tué par une bande de cancres qui jusque-là prennent l’Afrique en outrage. La France, la petite France affamée ui n’a pour nourrice que cette grande Afrique affaiblie par les guerres et conflits armés entretenus aux élans d’escros et pillage. Vaillant soldat que la terre te soit légère et que l’Afrique et le monde te pleure encore et encore.

Répondre à Sabi Gbeleou Annuler la réponse