Les origines de la lutte sénégalaise

Les origines de la lutte sénégalaise

Appelé « Laamb en wolof », la lutte sénégalaise  est un sport traditionnel et culturel très populaire au Sénégal. En effet, elle regroupe une dimension physique, spirituelle, culturelle et folklorique.

Mais, quelles sont les origines de ce sport traditionnel ?

À l’origine, à la fin de saison des pluies ou les soirs de pleine lune, lorsque les pêches et les récoltes furent abondantes, on organisait une fête avec des combats de lutte, qui opposait les guerriers de deux villages avoisinants. Cela permettait de mesurer les prouesses et l’agilité de ces guerriers allant des plus jeunes au plus âgés. La lutte sénégalaise se déroulait dans les régions de la Casamance, du Ziguinchor et du Siné-Saloum.

Sport traditionnel des peuples Sérères, mais aussi des Diolas, Sines, les Lébous et Wolofs. Ces combats permettaient de déterminer l’homme le plus fort des villages. Tout le monde voulait savoir qui était le champion, le héros qui allait être la fierté de tout un peuple. Le village gagnant était récompensé avec des récoltes, des présents et du bétail.

Avec le temps, la lutte sénégalaise int7gre de plus en plus des techniques de boxe. On la surnomme la « lutte avec frappe » et se professionnalise.

 Aujourd’hui, les villages ne s’opposent plus. Ce sont des écuries qui entraînent leurs champions pour qu’ils s’affrontent dans des arènes de sables fins où le but, pour chacun des lutteurs, est de faire tomber son partenaire. Car comme vous le savez, les règles de la lutte consiste à sortir son adversaire hors du cercle de sacs de sable ou de lui faire toucher le sol sur ses quatre appuis ou encore le coucher sur le dos.

Grâce à des investissements importants, ce sport est arrivé à un niveau international et détrône même le football. On peut citer les noms de grands champions comme Mohamed N’Dao Tyson, Omar Sakho « Balla Gaye 2 et Yakhya Diop alias Yekini.

Venez aussi visiter notre boutique en ligne en cliquant ci-dessous !

 

Qu’en pensez-vous ? 

Comments

Facebook comments

Powered by Facebook Comments

Leave a Response / laissez un commentaire