Chris Gardner : père célibataire sans abris à multimillionnaire.

   
SIDEBAR
»
S
I
D
E
B
A
R
«
Abonnez-vous à notre newsletter !

Chris Gardner : père célibataire sans abris à multimillionnaire.
janvier 8th, 2017 by Charlotte B







 

Chris Gardner : père célibataire sans abris à multimillionnaire.

Avez-vous passé votre vie à être à la recherche du bonheur ? Croyez-vous en Dieu et au pouvoir de la volonté ? Aurez-vous abandonné vos rêves si vous vous retrouvez dans la rue avec un enfant en bas âge ? Ou au contraire aurez-vous persévéré à réussir dans vos projets comme l’a fait Chris Gardner ?

 

Naissance et enfance difficile de Chris Gardner.

 

Chris Gardner est né le 9 février 1954 à Milwaukee dans le Wisconsin. Il a 3 sœurs et a connu une enfance difficile, suite à l’absence de son père et à la maltraitance de son beau-père alcoolique. Sa mère était régulièrement battue par son beau-père et assumait plusieurs emplois pour nourrir ses enfants. Dès l’âge de 8 ans, il a passé sa vie dans des familles d’accueil, car sa mère a été jetée en prison à deux reprises. La première fois pour avoir reçu des indemnités alors qu’elle continuait à travailler, la seconde fois pour avoir tenté d’incendier la maison du beau-père de Chris, qui avait un comportement “abusif”.

À partir de ces expériences, Chris Gardner a décidé que l’alcoolisme, l’abus d’enfant, l’analphabétisme, la crainte, et l’impuissance étaient toutes les choses que ses futures enfants n’auraient jamais à subir.

Sa mère est une véritable source de motivation dans sa vie. Elle a lui a inculqué Dieu et des valeurs de confiance en lui-même.

Chris explique :

 J’ai choisi d’embrasser la légèreté que j’ai vue dans ma mère en tant que jeune homme. Comme beaucoup d’autres jeunes gens, j’aurais pu embrasser l’obscurité que je voyais tout autour de moi. Mais j’ai fait un choix conscient. J’ai pris la décision d’embrasser la lumière. »

 J’aurais pu devenir mon beau-père. J’aurais pu devenir un homme alcoolique, un homme battu, un enfant abusant, un perdant analphabète. Mais j’ai fait le choix d’embrasser la lumière que j’ai vue dans ma mère. J’ai choisi d’embrasser l’esprit de ma mère – qui malgré le fait qu’elle avait ses propres rêves refoulés, différés et détruits – m’inspirait encore que je pouvais rêver et faire de mes rêves une réalité. »

Peu de temps après le lycée, il décide de s’enrôler dans la marine. Puis de retour à San Francisco, il travaille comme vendeur de produits médicaux. Le 18 juin 1977, Chris Gardner se marie avec Sherry Dyson avec qui il n’a pas d’enfant. Il finit par la tromper avec sa maîtresse Jackie, qui tomba rapidement enceinte de leur premier enfant Christopher Jarett. Après trois ans de mariage avec Sherry, il décide de divorcer pour aller vivre avec Jackie, sa nouvelle compagne, pour s’occuper de son fils.

Malgré une envie de réussir très forte et une grande détermination, il ne parvenait pas à supporter financièrement sa femme et son fils.

 

La rencontre qui a tout changé.

 

Alors qu’il travaillait en tant que vendeur, Chris a croisé un homme impeccable, bien habillé, qui conduisait une Ferrari rouge. Curieux, il lui a demandé comment il avait réussi, et celui-ci a répondu qu’il était courtier en bourse et qu’il gagnait 80,000 dollars par mois, alors que lui ne touchait que 30,000 dollars par an. C’est une véritable révélation pour lui, et il décide à ce moment précis de devenir courtier en bourse. Si cet homme impeccable a réussi, alors pourquoi pas moi ?

Malgré le fait qu’il n’avait aucune expérience, aucune éducation et aucune connexion, Chris décide d’affronter les difficultés de la vie et de réaliser son rêve. Ferme dans ses décisions, il s’inscrit au programme de formation ‘Dean Witter Reynolds’, maison de courtiers en valeurs mobilières, sans aucune recommandation et sans diplôme d’études supérieures. Mais pour être embauché, il doit faire ses preuves au travers d’un programme, non rémunéré, composé de dix mois de stages et d’entrevues.

En plein divorce avec son ex-femme Sherry, il rentre heureux à la maison, car il a enfin trouvé sa voie. Mais, sa nouvelle compagne Jackie, désespérée par leurs problèmes financiers et contrariée par le stage non rémunéré, décide de le quitter et s’enfuie avec leur enfant. Pendant quatre mois après, Chris ne savait pas où se trouvait son fils Christopher. Déterminé, il ne renonça pas à ses rêves et alla quand même à l’entretien pour poursuivre sa formation.

Il se souvient ainsi des paroles sages de sa mère :

 Ne laisse jamais quelqu’un te dire que tu ne pourras pas faire quelque chose, même pas moi. Si tu as un rêve, tu dois le protéger. Parfois certaines personnes sont nulles dans une chose et te diront laisse tombée. Si tu veux quelque chose, tu dois l’avoir point final. »

 J’ai juste dû trouver le bon endroit », a déclaré Gardner. “Cela m’a pris 15 ans, mais le jour où je suis entré dans une salle de négoce de Wall Street, je savais, que c’était l’endroit où ma mère me parlait.”

Lors de sa première entrevue, il s’est présenté vêtu d’un simple T-shirt et d’une paire d’espadrilles tachetées. Chris a décidé de dire la vérité. Il a expliqué à ses futurs employeurs que son épouse s’était enfuie avec son enfant, qu’il était “fauché” et qu’il venait juste de sortir de prison la veille. Par chance, une des personnes l’interviewant avait récemment vécu un divorce difficile et il était ainsi en mesure de faire preuve d’empathie envers Chris.

Quelques jours après, Jackie, la mère de sonenfant revient pour lui laisser son fils et le quitte pour aller travailler dans une autre ville. Il se retrouve ainsi père célibataire sans abris avec un enfant de 2 ans à prendre en charge.

 

Un père présent : super-papa courageux dans toutes les situations.

 

Les difficultés s’enchaînaient pour Chris et son fils. Ils se retrouvent du jour au lendemain à la rue et sans abris. Du fait de n’avoir jamais connu son père et d’avoir vécu une vie difficile, il s’est juré d’être toujours présent pour ses enfants.

Chris s’exprime :

 Il suffit de dire que c’est là que j’ai pris la décision que mes enfants ne seraient jamais en famille d’accueil. Donc, cette expérience m’a aidé à prendre une décision qui, lorsque j’aurai des enfants, ils sauraient toujours qui est leur père. Et que je briserais le cycle des hommes qui n’étaient pas là pour leurs enfants. »

 J’aimerais dire que beaucoup des problèmes auxquels nous faisons face dans notre pays aujourd’hui peuvent être attribués à des hommes qui ne sont pas là pour leurs enfants. Et si nous pouvions trouver un moyen de régler ce problème, nous pourrions sans doute aborder beaucoup d’autres questions en même temps. »

Donc, malgré la complexité de leur existence, Chris n’abandonna jamais son fils. Ils dormaient tous les deux ici ou là, dans son bureau après de longues heures de travail, sur des bancs dans des parcs, dans une salle de bain verrouillée, dans une gare ferroviaire située à proximité de son lieu de travail. Parfois, ils créchaient également sur les trains de métro BART ou dans les zones d’attente à l’aéroport d’Oakland ou de San Francisco. Ils mangeaient tous les deux à la soupe populaire. Chris Gardner avait également du mal à placer son enfant en garderie et donnait son sang régulièrement pour gagner de l’argent. Pendant tout ce temps, les collègues de Chris Gardner ignoraient totalement ce qu’il se passait dans sa vie.

Enfin, il rencontre le révérend Cecil Williams, qui accepta de l’accueillir lui et son fils au Glide Memorial United Methodist Church dans un foyer pour sans-abris. Il faut préciser que c’était à la base un refuge pour mère sans-abris avec des enfants. Et, il y avait des horaires à respecter. Le refuge fermait à 6 heures du soir et vous deviez quitter les lieux à 8h00 le matin suivant. Lorsqu’ils rataient les horaires d’ouverture ou lorsque le refuge était plein, ils dormaient dehors avec son fils dans les rues de San Francisco.

Aujourd’hui, lorsqu’il parle de sa vie en tant que sans-abri, Christopher Gardner raconte :

Je ne pourrais pas vous dire que nous avons été sans-abris, je savais juste que nous avions toujours quelque part où aller. Donc, en tout cas, je me souviens juste de nos déplacements, nous étions toujours en mouvement.” « De jour en jour, j’ignorais où ce chemin nous mènerait, mais au moins nous étions ensemble mon fils et moi »

Il effectue son stage avec dignité sans jamais se plaindre de la situation qu’il traversait. Arrivait tôt au bureau et restait tard chaque fin de journée, persistant à faire plus de 200 appels avec un objectif de 5 clients par jour.

Grâce à sa foi, sa détermination, sa persévérance, il réussit son examen de passage en 1982, et se voir offrir un emploi stable chez Dean Witter Reynolds. Puis, il part travailler chez Bear Stearns & Company, à San Francisco, pour un salaire mensuel de 1 000 $.

Chris attribue sa motivation pour le succès à un moment déterminant en mars 1970 quand il avait 16 ans. Il regardait Jacksonville vs UCLA dans le jeu de championnat NCAA. Les annonceurs parlent de l’avenir de deux joueurs dans le jeu, Artis Gilmore et Pembrook Burrows.

Et, Chris a dit à haute voix :

Wow, un jour, ces gars vont faire un million de dollars !” Sa mère Bettye Jean Triplett née Gardner a répondu, “Fils, si vous voulez, un jour, vous pourriez faire un million de dollars. »

C’est à l’âge de 34 ans, que Chris a gagné son premier million de dollars en un an. Pour se récompenser, il a acheté une Ferrari rouge puis une Ferrari noire.

Il affirme que sans sa rencontre avec le révérend Williams, il n’aurait pas accompli tout ce chemin. Ce dernier ne lui a pas seulement offert un endroit où dormir et donné à manger, mais lui a surtout apporté une nourriture spirituelle et un lieu où trouver la paix intérieure. Il lui a également appris, le plus important selon Chris Gardner, que « les petites marches comptent double à partir du moment où on continue à avancer ». Pour le remercier, 25 ans plus tard, il finance des logements abordables pour les familles à faible revenu. Il a aussi une fille nommée Jacintha Gardner, née après les événements difficiles de sa vie avec Jackie.

 

La stabilité et le bonheur retrouvé.

 

En 1983, il quitte Bear Stearns & Company, une banque américaine d’investissements d’envergure mondiale, où il est devenu l’un des meilleurs vendeurs, pour ouvrir sa propre enseigne.

En 1987, Chris Gardner a fondé sa propre société de courtage « Gardner Rich & Co » dans son petit appartement à Chicago en Illinois, avec un capital de 10 000 $. Il obtient rapidement des clients importants, notamment le fonds de pension de l’Union des enseignants de Chicago. Et, il est spécialisé dans la gestion de produits de dette, d’actions et de produits dérivés pour certaines des plus grandes institutions financières, caisses de retraite et syndicats.

Aujourd’hui, il est le propriétaire et chef de la direction de « Christopher Gardner International Holdings », une société qui a des bureaux à New York, Chicago et San Francisco. Le succès est au rendez-vous et il passe de sans-abris à multimillionnaire. Lors de son voyage en Afrique du Sud, à l’époque du 10e anniversaire de la fin de l’apartheid, Chris Gardner a rencontré Nelson Mandela pour discuter des possibilités d’investissement dans les marchés émergents sud-africain.

Philanthrope et conférencier, il fait de nombreux dons à des organismes de bienfaisance, principalement le programme de Cara et le Glide Memorial United Methodist Church de San Francisco. Il a aidé à financer un projet de 50 millions de dollars à San Francisco pour créer des logements sociaux et des possibilités d’emploi dans la ville où il était sans-abri. Il fait aussi des dons matériels de vêtements et de chaussures. Il parcourt le pays pour soutenir les sans-abris et encourager les pères célibataires.

Chris raconte :

 Je suis encouragé lorsque je vois des hommes essayant d’être là pour leurs enfants. »

  Tant d’hommes ont des trous dans leur âme, suite au manque de leurs pères. Vous pouvez passer cela à votre enfant, ou vous pouvez faire quelque chose à ce sujet, et je vois beaucoup d’hommes faire quelque chose à ce sujet. “

Dédié au bien-être des enfants, Chris Gardner est présent au conseil d’administration de la National Fatherhood Initiative (NFI). Et, il est aussi membre du conseil de la National Education Foundation.  Enfin, il parraine deux bourses annuelles sur l’éducation : la National Education Association, association de soutien à l’enseignement du personnel, et l’American Federation of Teachers liée à l’école et au personnel d’attribution.

En ne laissant donc pas son passé le ralentir et lui faire obstacle, mais au contraire en se focalisant sur sa vision, Chris a pu passer du stade de sans-abri à celui de multimillionnaire.

 

Prix et distinctions.

  • En 2002, Chris Gardner a reçu le prix du Père de l’Année décerné par la NFI.
  • En 2006, il a également eu l’honneur de recevoir le 25e Prix Annuel de l’Humanitaire.
  • Et, il obtint aussi le prix des Amis de l’Afrique, présenté respectivement par la Commission de Los Angeles sur les Agressions contre les Femmes (LACAAW) et par la Chambre de Commerce Continentale de l’Afrique.
  • Le 23 mai 2006, il publie son livre autobiographique «  The Pursuit of Happyness », qui devient rapidement un best-seller. Fort de ce succès, son livre est adapté au cinéma par Hollywood. Le film s’intitule en français « à la recherche du bonheur » et il est interprété par les acteurs Will Smith, Thandie Newton et Jaden Smith. Ce film est une réussite, car il rapporte 163 millions $ au niveau national au box-office et de plus de 300 millions $ dans le monde.

 

Quelques conseils de Chris Gardner !

  Ne laissez jamais quelqu’un vous dire que vous ne pouvez pas faire quelque chose, même pas vos proches. »

 Si vous avez un rêve, vous devez le protéger parce que parfois les gens sont mauvais dans une chose et ils vont vous dire : vous aussi laissez tomber. »

 Si vous désirez vraiment quelque chose, vous pouvez l’avoir, point final. »

 Il suffit de trouver une activité qui vous tient tellement à cœur que vous êtes prêt à vous lever la nuit pour vous y remettre “.

 Je parle à Dieu tous les jours, et je dis aux gens quand ils me demandent, “Quel est le secret ?” Et je leur dis tout, “Jésus m’aime, il vous aime juste.”

 Oubliez l’argent. Trouver une chose qui vous passionne, et que vous ne pouvez pas attendre pour sortir du lit le matin et être assez audacieux pour aller le faire. Mais oublier l’argent. »

Venez aussi visiter notre boutique en ligne en cliquant ci-dessous !

Connaissez-vous la vie de Chris Gardner du film à la recherche du bonheur avec Will Smith ? Pensez-vous que la foi et le pouvoir de la volonté peuvent changer la vie d’un homme ?

Comments

Facebook comments

Powered by Facebook Comments


2 Commentaires / Comments  
Laisser un commentaire / Leave a comment


XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>




Abonnez-vous à notre newsletter

SIDEBAR
»
S
I
D
E
B
A
R
«
»  Copyright 2017   »  Style:Afroculture.net